Lauréats 2010

Toussaint étant un auteur confirmé, primé, d'un éditeur de grande valeur, j'ai décidé d'attribuer le prix 2010 francophone à un livre qui n'a certes pas que des qualités mais est original sur le propos et la mise en forme, Jean Bernard-Maugiron: "du plomb dans le cassetin" ed Buchet Castel

 

ce sera sans doute son seul prix, pourquoi se priver. livre sympathique hautement recommandable. un des rares livres francophones lus cette année ayant un intérêt. La littérature française se meurt-elle derrière les paravents flasques vantés par les prix ou les médias et promus par des éditeurs  dans la facilité? Je n'ose y croire. N'empèche, 2010 est en ma matière une triste année.

 

Rappel de l'ultime sélection non francophone avant attribution:

 

32 Joseph Von Eichendorff: "Scènes de la vie d'un propre à rien" éd Phébus Libretto ****

41 Bernardo Carvalho: "'Ta mère" ed métailié ***** RENTRÉE LITTÉRAIRE

45 Don Delillo: "Point oméga" Actes Sud. RENTRÉE LITTÉRAIRE ****1/2

52 Will Self: "le livre de Dave" ed de l'olivier


Voici les résultats du jury composé de moi même faute de combattants.

 

pourquoi je ne donne pas ce prix à Don DeLilo?

ce livre est étrange et étonnant, un des meilleurs de l'auteur, mais aussi étrangement le plus apaisé et le plus sombre sur l'homme et sa condition d'être homme. si je comprends bien ce qui survient à la fille d'un des deux héros, je n'en perçois pas totalement la profondeur, . en fait, ce roman est court, trop court, il manque des pièces qui auraient pu être approfondie encore plus. c'est ce qui manque à ce grand livre. de ce fait, point oméga échoue en finale.

 

pourquoi je ne donne pas de prix à Joseph Von Eichendorff?

tout simplement parce que si ce livre est une vrai perle, amusante t distrayante et hautement surréaliste, l'auteur est décédé de longue date et le livre aujourd'hui dans le patrimoine littéraire. cette édition le fait découvrir à moi et d'autres, c'est là l'essentiel. aller au delà serait finalement pas très habile. mais le lire est conseillé. de ce fait, ce livre fantaisiste échoue aussi en finale.

 

 

Pour qui le prix? Bernardo ou Will?

Pour commencer, je dirais que le livre de will self, par son jusque-boutisme prévisible m'a blessé, j'espérais une pirouette finale qui n'est pas venue. Toutefois, ceci ne doit pas faire oublier le tour de force à la fois linguistique et imaginatif de l'auteur. comme d'autre, il s'est essayé à voir le monde de demain en lien avec les travers de notre contemporainéité. si une petite gymnastique cérébrale est obligatoire pour entrer dans ce livre forcément difficile et volumineux, cet effort est récompensé par une vision détaillée, fine. si on ne saisi qu'à moitié l'origine des motos, si on ne sait ce qui se passe entre les deux périodes du livre, on peut se l'imaginer soit même, une sorte de livre dans les livres. c'est drôle, cruel, chirurgical, soigné, entrainant, mystérieux. un très grand livre donc. assez pour justifier d'avoir repoussé la fin de sa lecture pour finalement l'inclure dans la sélection 2010 et non 2011. ce d'autant que j'ai longtemps hésité à le lire, le laissant trainer dans la bibliothèque dans le rayon: "pavé à lire un jour", bien entour d'une dizaine d'autres livres de plus de 500 pages (jusqu'à 1300 pour le plus énorme!!!!!)

 

Bernardo a écrit là son meilleur roman depuis l'extraordinaire Mongolia. on retrouve le principe d'un voyage dans un pays lointain de celui de l'auteur et d'un livre à plusieurs voix emmêlées qui se croisent parfois. un livre d'une grande force sur l'amour filial en temps de guerre, mais aussi d'amour et de sacrifice tout court. des héros silencieux prêts à tout pour sauver ceux qu'ils aiment, y compris en luttant contre ceux qui veulent eux même vous sauver. une formidable leçon d'optimisme, finalement l'inverse du livre de will self.

 

Avoir donné un prix à Mongolia m'a fait hésiter. le livre par lmui même mérite mais deux pour le même homme ne serait-ce pas de trop. fidèle à ma logique je dirais non, je ne suis pas le goncourt prêt à sacrifier un chef d'œuvre au non d'une logique arithmétique. En même temps, son camarade de jeu, je n'ose parler d'adversaire ce serait ridicule et infondé; son camarade de jeu est aussi un grand livre. comment les départager finalement?

simple, pas par le pile ou face mais en attribuant aux deux livres le prix 2010 du Bar à Cultures, reflétant ainsi une année riche en littérature étrangère, en opposition à la famélique saison francophone. De plus, le bar n'a aucune limite et ne se prive de rien, surtout que le prix n'est qu'illusion et sans aucun impact ni valeur financière pour l'auteur et l'éditeur. Un prix pour rien, enfin pas tout à fait: un prix de ma reconnaissance aux évasions provoquées par des auteurs de talent. Pour cela, merci à tous.

 

ceci clôt donc le Prix 2010 du Bar à Cultures dont le palmarès final s'établit comme suit:

*Prix littérature francophone: Jean Bernard-Maugiron: "du plomb dans le cassetin" ed Buchet Castel

*Prix littérature étrangère: Bernardo Carvalho: "'Ta mère" ed métailié ET Will Self: "le livre de Dave" ed de l'olivier

* Prix livre de non fiction: Florence Aubenas: "le quai de Ouistreham", ed de l'olivier.

 

A vous de juger

 

ou pas.

 

rendez-vous d'ici un an pour le prix 2011 dont les catégories seront à définir en cour d'année.

 
 
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

ARCHIVES:
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Compte tenu des livrs encore en course, je lève le voile sur la première catégorie de prix, celle du livre de non fiction qui est attribué à la journaliste Florence Aubenas pour son très remarqué "Le quai de ouistreham" aux éditions de l'Olivier, noté ****, qui devance thomas legrand.
un livre qui a quelques défauts mais possède une belle humanité et tente de donner ainsi la parole à des petits dans un quotidien souvent difficile, pourtant indispensables à la bonne marche de toute la société sans la reconnaissance.
 
 
Nouveau léger rétrecissement de liste pour les autres catégories avec le retrait du policier de Kjell Ericksson et le livre space mountain de david foster wallace ainsi que le livre du chroniqueur politique thomas legrand. des ouvrages à l'intéret certain, mais moindre que ceux encore en liste. sauf catastrophe, j'annonce que le livre de will self coucour bel et bien au prix 2010 et reste selectionné, il me reste 150 pages environ et il est à mon avis à sa place avec les livres encore en lice dont voici le rappel:

restent en course:
 
Prix Francophone:
5 Jean-Philippe Toussaint: "La Vérité sur Marie" éd de minuit RENTREE LITTERAIRE ****
39 Jean Bernard-Maugiron: "du plomb dans le cassetin" ed Buchet Castel **** RENTRÉE LITTÉRAIRE

Prix Etranger:
9 Arnaldur Indridason: "Hypothermie" éd métailié RENTREE 2010 *****
32 Joseph Von Eichendorff: "Scènes de la vie d'un propre à rien" éd Phébus Libretto ****
41 Bernardo Carvalho: "'Ta mère" ed métailié ***** RENTRÉE LITTÉRAIRE
43 Jule Zeh: "Corpus delicti, un procès" ed Actes Sud **** RENTRÉE LITTÉRAIRE
45 Don Delillo: "Point oméga" Actes Sud. RENTRÉE LITTÉRAIRE ****1/2
52 Will Self: "le livre de Dave" ed de l'olivier
 
vous êtes invités à émettre  un avis pour l'election, j'aimerais d'autres avis que le mien propre, ça fait un peu égoiste.
 
Le prix Francophone sera rapidement attribué, l'Etranger un peu plus tard.

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site